Le travail c’est la santé. Vraiment ?

Le travail c'est la santé. Vraiment ? Une personne en train de passer l'aspirateur et de nettoyer.

Photo @Ronan Rocher de OIOO Studio

« Le travail c’est la santé… » Ou pas !

Le « ou pas » est tentant avec la multitude de burn-out, de dépression, de perte de sens rencontrés à l’heure actuelle (en lien avec la santé mentale).

Sans parler des maladies liées purement à l’activité professionnelle dues à des postures répétitives, l’exposition aux produits chimiques et agents biologiques et les environnements à risques en général (en lien avec la santé physique).

Et certaines croyances bien ancrées t’entraînent à ne rien lâcher et à foncer droit vers l’épuisement :

« Il faut en faire toujours plus, il faut tout donner au travail »
« Dans la vie, on doit travailler tout le temps »
« S’épuiser pour le travail, c’est normal »,

Ces croyances te parlent-elles ? Es-tu d’accord avec elles ?

« La qualité de vie au travail (QVT) est encadrée dans les entreprises. C’est une série de dispositifs, de mesures, d’obligations, de tendance, d’encouragements pour les entreprises pour qu’elles prennent soin de la santé des personnes au travail ; la santé physique, la sécurité par exemple aussi et puis aussi la santé mentale. On inclut dedans la prévention des risques psychosociaux par exemple, tout ce qui est stress excessif, burn-out, certaines maladies professionnelles, etc.« 

Liliya Reshetniak, est intervenu dans le podcast Visions sur « Améliorer la qualité de vie au travail », si tu veux en savoir plus sur ce qui se fait et ce que l’on peut faire en entreprise.

« Le travail c’est la santé… » si tu y mets du tiens !

Le travail c’est la santé, s’il respecte tes rythmes et prend soin de tes besoins principaux. Et qu’il t’apporte un ou des plus, comme du lien, de l’épanouissement, du sens ou de l’utilité.

Dans cette partie, je te parle principalement de santé mentale et non de santé physique qui est un autre sujet, très vaste ! Mais dans tous les cas une bonne santé mentale va améliorer ton énergie et donc impacter également ta santé physique.

« Le burn-out, c’est une épidémie parce que le monde du travail est dans le trop de tout, de trop d’efforts, de trop d’accélération, de trop d’objectifs inatteignables, de trop d’injonctions contradictoires.« 

Sandra Boré dans l’épisode du podcast Visions : Le burnout, cause ou conséquence d’un monde du travail en mutation ?

D’ailleurs, connais-tu réellement tes besoins ?
Tes besoins généraux et tes besoins professionnels ? 

Et si tu les connais, les écoutes-tu ?
Ou te fais-tu embarquer par les injonctions de la société, de ton métier, de ce qu’il faut faire, du temps que l’on doit travailler, etc ?

Poses-tu des limites claires pour toi et pour les autres ?
Ou te laisses-tu faire car tu as peur de dire non, d’exprimer tes besoins et tes ressentis ? 

Les burn-out ne viennent pas que de l’environnement. Ils viennent de la personne également. De celle qui ne sais pas s’arrêter, qui a du mal à mettre ses limites, qui veut en faire trop ou trop bien, qui se sent vite coupable si elle ne fait pas.

Nous en avons parlé avec Sandra Boré dans l’épisode du podcast Visions sur le burn-out, que je te conseille vivement, au moins pour t’aider à le repérer autour de toi, si ce n’est pas pour toi 😉

Les profils à risque : « Toutes les personnes qui ont des problèmes avec les limites, qui ne savent pas dire non, qui ne savent pas alerter quand leurs objectifs sont inatteignables et les cas particuliers de situations de harcèlement. Mais ce sont surtout les personnes surinvesties et les personnes qui n’arrivent pas à alerter et à arrêter à temps. »

« Le burn-out est une invitation à changer la place que l’on donne au travail. Si on va jusqu’au burn-out c’est qu’on a donné trop d’importance et trop de place au travail au détriment de sa santé personnelle et le problème il est là. Il faut ramener le travail à sa juste place. (…) Il faut vraiment prendre soin de soi, s’autoriser à ralentir, s’autoriser à s’arrêter, s’autoriser à s’écouter quand on sent qu’on ne va pas bien, que l’on est en train de s’épuiser. »

Sandra Boré dans l’épisode du podcast Visions : Le burnout, cause ou conséquence d’un monde du travail en mutation ?

Imaginer d’autres rythmes de travail

La société impose un rythme effréné qui peut ne pas te convenir. Alors, peut-être as-tu l’impression que tu as moins d’énergie que les autres, que tu te fatigues plus vite, que tu es moins endurant.e ? Et bien non ! Tu fonctionnes juste différemment (et c’est tout à fait ok).

Il est possible :

  • Que tu travailles bien plus vite que les autres et que tu aies une meilleure concentration : tu es plus efficace et donc tu utilises plus d’énergie. C’est tout à fait normal que tu aies besoin de plus de repos pour compenser. En revanche, c’est parfois difficile de trouver le rythme adéquat lorsque tu es salarié en raison des injonctions de temps de travail.
  • Ou que tu sois une personne créative qui a besoin d’espace pour que des idées émergent et que ces idées apportent de très grands bénéfices à ton entreprise ou à la société. Mais tu ne vas pas être en phase avec les rythmes professionnels imposés. Car pour exprimer ces idées tu as besoin d’espace, et ces espaces sont considérés par l’extérieur (et toi-même !) comme du « non-travail ».

Tu te reconnais dans un de ces deux cas ? Alors la première étape est de l’assumer ! Et de ne plus te sentir coupable si tu fais apparemment moins d’horaires que les autres.

Puis :

Si tu es salarié, sois créatif pour trouver une manière de faire discrète ou qui soit acceptée, afin d’avoir les espaces de repos et de calme nécessaires, sans te sentir coupable de ne pas procéder comme les autres, et sans qu’on te le reproche.

Si tu es indépendant, la première étape est cruciale : assumer moins d’horaires travaillées que celles imposées par tes normes/ diktats internes et sociétaux !

Et si tu ne te reconnais pas, peut-être peux-tu être plus indulgent.e envers les personnes qui fonctionnent comme cela à partir de maintenant ? Et accepter qu’elles fassent le job !

Heureusement, le monde du travail évolue et les formats, horaires, lieux de travail s’hybrident, ce qui permet plus de souplesse et de liberté.

« Le rythme du corps est d’une certaine manière plus lent que celui de l’esprit, donc déjà apprendre à ralentir. Comment je peux déceler, qu’est ce qui va faire qu’au lieu de me laisser happer par la vitesse autour de moi, à l’intérieur de moi je peux respirer. Apprendre à bien respirer, ça nous aide à ralentir. »

Pour Patricia, il est nécessaire de s’ancrer, de bouger et de se détendre pour équilibrer nos rythmes de travail :

  • S’ancrer : « pour ne pas être à côté de nos pompes, être présent à ce qui se passe et ce que l’on est, s’écouter. » Cela se traduit par l’importance de la posture (en autres assises), mais cela permet également de ralentir car le corps va moins vite que le mental.
  • Bouger : « Bouger pour limiter les tensions, les douleurs. Bouger va nous aider à articuler notre corps. Bouger pour faire circuler notre énergie et le souffle ».
  • Se détendre : « trouver l’équilibre entre repos et action, équilibrer notre système nerveux et aborder les choses de manière plus sereine. (…) Trouver chacun ce qui vous ressource, ce qui va vous aider à repartir de plus belle. »

Patricia Olive dans l’épisode du podcast Visions : « Écouter & prendre soin de son corps au travail »

Alors comment le travail peut-être la santé ?

Alors oui le travail devrait être là santé, il devrait t’apporter de l’énergie et te nourrir. Pour cela, voilà une liste non-exhaustive de ce que tu pourrais y trouver :

Oui cela peut te sembler beaucoup avec la vision du travail que nous avons encore actuellement. Et peut-être penses-tu : « mais ce n’est plus du travail !? »

Alors où en es-tu dans ces différents points ?
Ont-ils la même importance pour toi et lesquels sont primordiaux dans ton cas ?
Y a-t-il des choses que tu peux améliorer au plus tôt ? Des actions que tu peux activer là maintenant ?

~ La boite à outils décalée ~
Retrouver et entretenir la santé au travail !

👀 Changer de regard sur ta santé au travail

  • Quelle place et quel temps prend le travail dans ta vie ?
  • Penses-tu que le travail doit contribuer à ta santé, à ton bien-être ?
  • Aujourd’hui, contribue-t-il à ta santé ou au contraire te fait-il perdre la santé ?
  • Y a-t-il un premier pas sur lequel tu peux t’engager vis à vis de toi, là maintenant, pour améliorer ta santé au travail (santé mentale ou physique) ?

3️⃣ Une réflexion à travers la symbolique des nombres

Ici je te propose une approche symbolique afin d’aborder le sujet par un autre angle et de parler plus facilement à ton inconscient. Prendre de la hauteur à travers des archétypes.

L’énergie du nombre 8 est une énergie rouleau compresseur, qui peut s’épuiser en y allant à fond et se mettre beaucoup de pression avec des objectifs très ambitieux. Il y a beaucoup d’intensité. Cela peut mener à l’épuisement et provoquer une alternance d’énergie ON/OFF. Et quand c’est OFF c’est totalement vide !

Si cela est ton mode de fonctionnement, comment peux-tu faire en sorte de repérer quand tu dépasses la limite ? Et est-ce que tu te donnes des limites d’ailleurs ?
Et lorsque tu sais que tu vas avoir une période à fond, peux-tu prévoir systématiquement des jours de repos juste derrière ? Tout en prenant garde à ne pas dépasser la limite qui va te faire tomber en épuisement total.

L’énergie du 4 peut aussi tomber dans l’épuisement mais pour d’autres raisons. Pour le 4, le travail a une grande importance. Il a le sens du devoir et de la loyauté, doublé d’une croyance en un labeur et d’une grande rigueur. Ainsi, il peut se faire happer par le cadre et les demandes des autres, même si cela ne lui convient pas, et tomber dans l’épuisement et le mal-être.

Si c’est ton cas, la première question à te poser est : est-ce que tu écoutes tes besoins ou est-ce que ta loyauté est en train de te pousser à bout ? Si oui, il est nécessaire de reposer un cadre qui te convienne et de poser tes limites. Et d’utiliser la grande maturité du 4 pour cela 😉 Tu n’en travailleras que mieux et avec plus d’énergie !

Te reconnais-tu dans une de ces deux énergies ? Si oui, que peux-tu mettre en place là maintenant ?

🌷 Les élixirs de fleurs

Les élixirs de fleur vont soutenir ta sphère psycho-émotionnelle lors de tes évolutions. Et amener de la poésie des fleurs dans ta vie, une note d’enchantement et de grand air ! Car la nature est une grande source d’apaisement et de connexion à notre intuition.

Ici, je vais te parler surtout d’élixirs pour le surmenage et le burn-out. Ce sont beaucoup d’arbres plus que de fleurs d’ailleurs, ils représentent bien la force, l’endurance et la régénération.

Tout d’abord l’élixir de Bach d’olivier (Olive), si tu es à plat, au bout du rouleau, un grand surmenage physique et mental et que tu es même trop fatigué.e pour t’en rendre compte ! La moindre chose devient une montagne. C’est un élixir de régénération qui apporte de la vitalité et une meilleure récupération, qui va te permettre d’accomplir ce qui est juste et sage pour toi en étant vigilant sur tes réserves énergétiques.

L’élixir de Bach de chêne (Oak), si tu te reconnais dans l’énergie 4 et que tu as tendance à porter tout le monde, avec un grand sens du devoir et le sentiment d’être indispensable. Te serais-tu rendu indispensable d’ailleurs ? Imagine le chêne qui se dresse et qui met montre son endurance et son courage. Sauf qu’ici c’est probablement accompagné de fatigue, de surcharge, et d’un état de lutte permanent. Et il est fort possible que tu négliges les signes d’épuisement et que tu ailles au-delà de tes limites. Cet élixir peut t’aider à en prendre conscience et à lâcher prise, à retrouver de la modération et un équilibre.

L’élixir de Bach d’orme (Elm) : « Je suis débordé.e », c’est la plante du surmenage, du trop d’un coup, tu ne sais plus par quel bout prendre les choses. Et peut-être es-tu également trop perfectionniste ? Cet élixir apporte discernement, efficacité et confiance.

Enfin l’élixir Déva de Valériane est pour les personnes en stress intense car il aide à équilibrer le système nerveux, à prendre de la hauteur et il apporte joie de vivre. La lavande (élixir Deva) aide également à équilibrer le système nerveux en cas de tension nerveuse et surmenage.

👉 Pour recevoir dans ta boite mail les prochaines étapes pour décomplexer ta relation au travail et enchanter ta vision du monde, tu peux t’inscrire ici à l’Étincelle du Geckoo, la lettre mensuelle pétillante et décalée.

👉 Si tu as besoin de travailler sur ton rapport au travail et sur une thématique en particulier dans ton développement professionnel, je propose un forfait de 3h d’accompagnement (L’Etincelle), en plus des accompagnements longue durée. N’hésite pas à m’envoyer un mail si cela t’intéresse !

Dans le prochain article, nous enchantons ta vision du monde avec la vie fleurit par le travail !

(et pour découvrir tous les articles de la série : décomplexe ta vision du travail, enchante ta vision du monde)

Partager l'article :
Article rédigé par Laure
Je suis Laure Brignone, fondatrice d'UneÉtincelle. J'accompagne les particuliers et les organisations à décomplexer et réinventer leur (relation au) travail. Afin d'être partie prenante de l'évolution du monde professionnel de demain !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 + seize =

CommentLuv badge