Le monde des poissons #2 : les poissons gonflés !

Dessin de Arothron nigropunctatus aquarelle et feutre

Arothron nigropunctatus – feutres et aquarelle

Après les demoiselles balistes, voici le second article du monde des poissons, avec les poissons gonflés !
Non ce n’est pas un terme scientifique, ce sont des poissons qui gonflent lorsqu’ils sentent du danger et certains le sont même naturellement comme le Mola-mola.
Comme pour l’article précédent, les photos et vidéos de cet article sont de FloX (pour la prise de vue, les traitements nous les faisons ensemble c’est plus marrants :-p) et les dessins de moi-même.

Petit rappel !
Nous sommes toujours dans le clade des poissons osseux à nageoires rayonnées et l’ordre des Tétraodontiformes qui regroupent principalement des familles (une dizaine) de poissons des récifs coralliens. Les autres familles de Tétraodontiformes en dehors des balistes et des poissons limes sont pour beaucoup des poissons “gonflés” de tailles très différentes.

Classification poissons gonflés

N’hésitez pas à cliquer sur l’image pour la voir en plus grand. Les familles en rouges en bas de l’arbre sont celles que nous allons voir dans cet article.

Et c’est partie avec une première famille “à picots” 🙂

Les Diodontidés (Diodontidae) – les poissons porc-épics (porcupinefish)

La famille des Diodontidés regroupent des poissons de 15 à 90 cm qui ont la capacité de gonfler et qui ont des piquants ! Ce sont les poissons porc-épics (porcupinefish ou blowfish en anglais), comprenant une vingtaine d’espèces.

Ils mangent des invertébrés dont parfois des méduses de mer. Leurs moyens de défense sont leurs épines, le fait de gonfler en devenant 2 à 3 fois leur taille qui les fait devenir comme un ballon et leur poison (ce sont des poissons toxiques, le poison étant situé dans certains organes) ! D’ailleurs de part leur poison ils ne sont pas mangés par les autres poissons sauf les requins tigres, c’est donc une assez bonne protection.

Certains ont les épines inamovibles et d’autres des épines érectiles qui se redressent en cas de danger.

Dessin de Diodon hystrix aquarelle et feutre

Diodon hystrix normal – aquarelle et feutre

Dessin de Diodon hystrix gonflé aquarelle et feutre

Diodon hystrix gonflé ! aquarelle et feutre

Le genre Diodon a des épines érectiles, ce sont les poissons hérissons ! Ce sont ceux que nous avons le plus vus. Leurs épines sont plaquées contre leur corps en temps normal et se dressent lorsqu’ils se gonflent. Ils se nourrissent d’oursins, de bernard-l’ermite et de coraux grâce à de bonnes dents (diodon signifie 2 dents : leurs petites dents sont soudées en deux grosses dents).

Attention le terme de Dioton est parfois utilisé pour parler de tous les poissons de la famille des Diodontidae et non pas que du genre.

Diodon holocanthus, le poisson porc-épic ballon, porc-épic à taches ou poisson hérisson tacheté (long-spine porcupinefish), mesure de 15 cm à 30 cm avec de longues épines rabattues en arrière. Il vit proche du sol et il aime les fonds rocheux, herbeux, les mangroves et récifs coralliens.

Diodon holocanthus

Diodon holocanthus

Diodon hystrix, le Diodon commun, porc-épic boubou ou grand porc-épic (spot-fin porcupinefish ou black-spotted porcupinefish) est plus grand et allongé (65 cm à 90 cm) que le porc-épic ballon. Il se nourrit la nuit de bernard-l’ermite, crabes, homards, oursins et se cache dans des cavités durant le jour.

Le genre Cyclichthys quant à lui regroupe des porc-épics n’ayant que des épines inamovibles, leurs épines sont donc dressées !

Cyclichthys orbicularis

Cyclichthys orbicularis

Cyclichthys orbicularis, le poisson porc-épic orbiculaire ou poisson porc-épine bécard (birdbeak burrfish) est reconnaissable car c’est le plus petit des porc-épics. Il fait en moyenne 15 cm pour un maximum de 30 cm. Le Cyclichthys spilostylus représenté en dessin est un peu plus grand (30 cm en moyenne).

Dessin de Cyclichthys spilostylus aquarelle et feutre

Cyclichtys spilostylus – aquarelle et feutre

Les Tétraodontidés (Tetradontidae) – les poissons ballons (pufferfish)

Les poissons de la famille des Tetraodontidés ont aussi la capacité de gonfler mais n’ont pas de piquant ce qui les distinguent de la famille des Diodontidés. Ils mesurent selon les espèces de 2,5 cm à 65 cm. Ils sont appelés poissons ballons ou poissons globes, ou tétrodons (tétraodons). En anglais on utilise principalement le terme de pufferfish mais on trouve également blowfish et swellfish.

Ils peuvent ingurgiter une très grande quantité d’eau très rapidement (et même d’air si nécessaire) dans leur estomac afin de devenir très gros pour faire peur à l’adversaire. Ils ont également des toxines (la tétrodotoxine) qui sont des poisons très fort pour l’humain. Pourtant ils sont mangés au Japon : le fameux fugu dont la préparation est particulièrement délicate (on comprend pourquoi : la quantité de poison d’un poisson ballon pouvant tuer 30 humains…). Leur régime alimentaire est composé majoritairement d’invertébrés et d’algues.

Arothron nigropunctatus

Arothron nigropunctatus

Canthigaster margaritata

Canthigaster margaritata

Les Arothron, une quinzaine d’espèces, ont un corps “mou” qui leur permet de se contorsionner et de se retourner dans de petites surfaces. Pour la reproduction, ils construisent un nid dans le sable où la femelle vient pondre. Ce sont des poissons en général solitaire, parfois en couple, sauf les juvéniles qui sont souvent en groupe. Ils se nourrissent majoritairement de coraux, algues, éponges et mollusques.

Arothron mappa, le poisson-ballon gribouillé ou poisson-ballon carte (map pufferfish ou scribbled pufferfish) est blanchâtre avec un important réseau de lignes noires ou marrons qui font comme une carte, d’où son nom. Il peut faire jusqu’à 65cm de long, vit seul dans les récifs.

Arothron hispidus, le poisson-ballon à tâches blanches ou à épaule noire (white-spotted puffer) est couvert de points blancs plus ou moins réguliers, qui deviennent des arcs de cercle autour des yeux. Il fait maximum 50cm de long et a une alimentation très variées : coraux, crabes, éponges, anémones, vers…

Arothron meleagris, le poisson-ballon pintade ou poisson-ballon moucheté (guineafowl puffer ou golden puffer), est un poisson ballon de 50 cm à petit pois blanc. Il est souvent sous les récifs coralliens ou les grottes.

Arothron nigropunctatus, le poisson-ballon à taches noires (blackspotted puffer ou dog-faced puffer), de petites tailles (33 cm de long), c’est celui qui introduit cet article avec sa tête qui fait penser à un chien (d’où son nom anglais d’ailleurs…). C’est un poisson de récifs coralliens denses que l’on peut voir dormir la nuit sur le sommet des coraux ou des éponges !

Le genre Canthigaster avec Canthigaster margaritata, le poisson à nageoires rayonnées ou le souffleur perlé (pearl toby ou red sea toby) fait dans les 10 cm. C’est donc un tout petit poisson, le plus petit de cet article, avec monsieur valentini si dessous !

Canthigaster valentini, le Canthigaster à selle noire (Valentinni’s sharpnose puffer, saddled puffer ou black saddled toby), fait également 10 cm à l’âge adulte. Sa peau et certains organes sont toxiques. Il est omnivore et se pose sur le fond pour dormir. Pour la reproduction les oeufs sont fixés sur un support comme une algue.

Canthigaster margaritata

Canthigaster margaritata

Les Ostraciidés (Ostraciidae) – les poissons coffres (boxfish)

Les Ostraciidés, les poissons coffres ou poissons vaches sont des brouteurs de coraux et d’algues (appelés en anglais boxfish, cofferfish, cowfish and trunkfish). Ils ont la forme de boite rectangulaire (d’où leur nom !) car leurs écailles sont transformés en des plaques osseuses soudées juste sous la peau qui forme une carapace percée de quelques ouvertures pour les yeux, la bouche…
Ils sécrètent également du poison en cas de stress et libèrent une toxine (l’ostracitoxine) autour d’eux pour se protéger.
Plus de la moitié des espèces de cette famille se trouvent en Australie. Ils font une 40ène de cm et vivent de 15 à 20 ans !

Dessin de Ostracion cubicus aquarelle et feutre

Ostracion cubicus – aquarelle et feutre

Lactoria cornuta, le poisson-vache à longues cornes (Longhorn cowfish), a comme son nom l’indique deux excroissances ressemblant à des cornes sur la tête mais également deux autres à l’arrière avant la queue (au niveau du pédoncule caudal). La queue est également très longues et il fait environ 40 cm de long. Ses cornes sembleraient servir de défense car cela les rends difficile à avaler.
Ce poisson souffle dans le sable pour découvrir des vers et autres invertébrés dont il se nourrit. Il broute également des coraux. On trouve d’ailleurs les juvéniles dans les fonds vaseux qu’ils affectionnent.

Ostracion cubicus, le poisson coffre jaune (yellow boxfish), jeune il est jaune vif à pois noirs puis il pâlit avec l’âge avec des pois blanc puis bleus entourés de noir et un corps jaune pâle (certains sont bruns), il peut faire jusqu’à 45 cm de long. Sa couleur vive avertit du danger car il secrète un poison mortel autour de lui dès qu’il est stressé ou blessé. Il se nourrit d’algues majoritairement et d’invertébrés.
Les juvéniles sont souvent dans les branches des coraux du genre Acropora et le poisson coffre jaune est souvent accompagné de poissons-trompette qui se cachent derrière lui (on les verra plus tard les poissons-trompette : après les poissons gonflés les poissons tout long !). Mais c’est une espèce solitaire et assez territorial.

Selon les classifications la famille des Aracanidae est à part ou intégrée en tant que sous famille des poissons-coffres (classification ITIS).

Les Molidés (Molidae) – les poissons-lunes (sunfish)

La famille des Molidés est la famille des fameux poissons-lunes (en anglais sunfish) dont le Mola-mola qui peut atteindre 3,3 mètres de longueur et de 2 tonnes en poids ! C’est le plus grand des poissons osseux. Il se nourrit principalement de méduses mais également de crustacés, mollusques, calmars, petites poissons et zooplancton.

Ils viennent occasionnellement proche des côtes (ce sont des poissons de grand large) pour se faire nettoyer de leurs nombreux parasites par des petits poissons.

Nous n’en avons pas vu en vrai mais on espère mettre à jour cet article avec leur photo et vidéo 😉

Dessin d'un Mola-mola et d'un plongeur aquarelle et feutre

En dehors des Balistae (baliste ou triggerfish) et des Monocanthidae (poisson-lime ou filefish) traités dans l’article sur les balistes, les autres familles restantes de l’ordre des Tétraodontiformes sont les Triacanthidae, Triacanthodidae et Triodontidae (avec une seule espèce le Riodon macropterus), qui sont des familles moins connues et que nous n’avons pas (encore !) eu l’occasion d’observer.

Nous en avons fini l’ordre des Tétraodontiformes, le prochain article poisson sera sur… en fait je ne sais pas encore 🙂 Peut-être justement les poissons très longs, je vais voir vers quelle(s) prochaine(s) famille(s) me pousse l’inspiration !

Curieux ? D’autres articles à découvrir :
Underwater : les fonds marins en photos
Underwater : les fonds marins en photos - Une immersion dans l'antre des poissons et des coraux, dans l'océan des tortues et des raies mantas; et le plongeur, animal étrange dans ce royaume.
La pieuvre et ses tentacules
La pieuvre et ses tentacules - Défi dessin semaine 8 : poster chaque mardi des dessins, croquis d’un animal. Pour cette dernière semaine, un plongeon dans des mers de tentacules : la pieuvre !
Le regard des singes indonésiens
Le regard des singes indonésiens - Un article spécial singes, à 6 yeux et 3 îles ! Orangs outans et nasiques de Bornéo, macaques crabiers de Bali, tarsiers (les plus petits singes au monde !) et macaques noirs du Sulawesi... et des regards des plus expressifs...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge