Un monde du travail en pleine mutation : les accélérateurs de changement

Les manières de travailler
La conception du travail
Les formats de travail
L’entreprise
Les métiers

ÉVOLUENT !

Alors comment travaillerons-nous demain ?
Comment fonctionneront les entreprises de demain ?
Qu’est-ce que le travail exprimera de nous et de notre société ?

Et avant tout : quels sont les déclencheurs des transformations du monde du travail ?

Homme allant au travail dans l'élan du changement

Photo @Marten Bjork

Les événements accélérateurs de changement : Covid et crises de secteurs

La Covid a mis un coup d’accélération à l’évolution des manières de travailler, en particulier sur le télétravail. C’était initié depuis plusieurs années mais certaines entreprises traînaient, pensant que ça ne fonctionnerait pas ou étaient tout simplement réfractaires au changement.

Brusquement en mars 2020, tout le monde doit faire en sorte que le télétravaille soit opérationnel et vite ! Des solutions techniques sont mises en place en urgence pour les entreprises qui n’avaient pas encore initié ce changement. Et aujourd’hui, après un retour à la normale, la plupart des entreprises ont augmenté le nombre de jours possibles en télétravail en comparaison à l’avant Covid.

Du côté des salariés, nombre de personnes ont pu goûter à une vie moins speed, sans transport, en profitant de chez soi : retrouver des habitudes plus saines et un mode de vie plus apaisé (pour celles ceux qui n’avaient pas d’enfants à s’occuper bien sûr !).

D’autres personnes ont réalisé que du télétravail permanent ne leur conviendrait jamais car elles avaient besoin d’un environnement social, de contacts humains au quotidien, d’effervescence ou tout simplement de sortir de chez elles ! En revanche beaucoup ont apprécié l’entre-deux : une partie de la semaine en entreprise et une partie en télétravail.

Cette évolution était déjà là depuis plusieurs années, comme les possibilités de travailler 4 jours par semaine ou à mi-temps. Mais cela trainait, les rangs et les mentalités mettaient beaucoup de temps à bouger. La Covid a mis un coup dans la fourmilière et fait bouger les choses bien plus vite !

Nous observons d’ailleurs une demande plus importante de qualité de vie au travail. Ainsi des secteurs difficiles comme la restauration et le médical sont fortement en crise et ces secteurs doivent impérativement se transformer pour pouvoir à nouveau fonctionner. Nous observons déjà dans la restauration des changements importants sur les conditions de travail : le manque de personnel est tel que les restaurateurs n’ont pas le choix que de proposer des nouveaux avantages afin de trouver des salariés.

Mais est-ce nécessaire de passer par des événements violents comme la Covid et des crises de secteurs pour faire avancer les choses réellement ? Devons nous en passer par la claque dans la gueule pour évoluer ?

Les personnes accélérateurs de changement : nouvelles générations et profils atypiques

En dehors de ces moments de crises, l’évolution du monde du travail ne se ressent pas forcément et pas partout. Car les croyances sur la manière dont nous nous devons de travailler sont ancrées depuis nos plus jeunes âges. Et il est dur d’en changer, de remettre en cause ce qui nous a été inculqué comme une norme ou une obligation. Ainsi parfois c’est nous-même qui bloquons l’évolution du monde du travail en entretenant des croyances d’un autre temps. Alors que pourtant nous aimerions tellement que certaines choses changent !

D’ailleurs les nouvelles générations ont des demandes bien différentes des générations précédentes et poussent à ce changement. Ce sont en général les nouvelles générations qui poussent au changement car justement elles n’ont pas les mêmes normes que leurs parents : elles ont grandi dans un monde différent avec des croyances et des envies différentes.

Ces nouvelles attentes sont souvent proches de celles des profils atypiques, ce que je trouve plutôt amusant 🙃. Alors est-ce les nouvelles générations qui ouvreront la porte aux profils atypiques ? La pénurie dans certains domaines a déjà changé l’approche de certaines entreprises qui acceptent aujourd’hui d’intégrer des profils plus atypiques par manque de choix ! Une fois de plus c’est l’obligation qui pousse le changement…

Car les demandes des profils atypiques sont souvent assez différentes de ce qui est valorisé actuellement dans les entreprises : l’environnement a plus d’importance, les susceptibilités peuvent être différentes, la place de l’humain est central, sans parler de l’attente d’engagement forts autour de l’écologie par exemple. Mais n’est pas aussi les demandes des jeunes générations ? Tiens donc comme on se retrouve !

Aujourd’hui les valeurs des entreprises ne peuvent plus être une façade, une belle image pour attirer. Car les nouvelles générations n’acceptent pas. Et ce n’est pas parce qu’elles ont été embauchées qu’elles vont rester si les valeurs annoncées ne sont pas appliquées.

Ma génération et celles d’avant restaient.
Car changer de travail nous semblaient plus compliqués.
Car on avait à l’esprit qu’il fallait rester assez longtemps dans une entreprise pour être pris au sérieux.
Et qu’on ne pouvait pas partir pour ça si on était correctement payé avec un poste intéressant.

Les nouvelles générations partent du principe que les métiers vont évoluer et qu’ils vont en faire plein dans leur vie. Ils sont nés dans l’instabilité alors qu’est ce que cela change ? Trouver du travail leur fait moins peur que ce qui se passe au niveau de la planète.

Alors qu’est-ce qu’on fait ?

Nous sommes dans une période difficile, troublante mais pourtant passionnante aux niveaux de l’évolution du monde professionnel (et du monde tout court !). Les entreprises doivent se repenser en prenant plus en compte l’humain et l’écologie, tout en gardant une certaine productivité bien sûr. C’est un juste équilibre à trouver, avec probablement une manière de penser la croissance différemment.

Femmes en pleine réflexion créative et inspirée !

Photos @Anthony Shkraba (à gauche) et @Ketut Subiyanto (à droite)

C’est entre autre le sujet de la RSE (responsabilité sociétale des entreprises) : définie par la Commission Européenne comme « l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes ». Elle est souvent mise en œuvre par obligation dans les grosses entreprises et plus difficilement appliquée par les petites et moyennes par manque de ressources sur le sujet.

D’ailleurs si la RSE t’intéresse, je te conseille l’association We Act 4 Earth. Elle aide les TPE, PME, indépendants, salariés, étudiants et demandeurs d’emploi en quête de sens et d’impact dans leur activité professionnelle à mettre en œuvre les principes du RSE. N’hésite pas à les contacter, c’est une association pleine d’énergie et leur contenu est vraiment très bien fait et complet !

Le travail est également en train de se repenser : des modes alternatifs existent aujourd’hui comme l’intraprenariat (salarié d’une entreprise qui a la possibilité d’entreprendre à la fois pour son plaisir personnel mais aussi pour créer de la valeur pour l’entreprise, au sein même de cette dernière et avec son soutien), les slashers qui peuvent cumuler plusieurs activités indépendantes ou salariés, les modes de fonctionnement en saisonniers ou périodes de l’année, les personnes qui sont parties des villes et ne travaillent plus qu’en télétravail etc…

Il y a plein de manières de travailler à créer.
Il y a plein de manières de vivre le travail.

Si tu as un profil atypique tu peux justement ouvrir la voix à ces nouvelles approches : imaginer d’autres métiers, oser faire et travailler différemment. Car en tant qu’atypique tu as probablement besoin de créer ton métier et ta propre conception du travail. Tu es très bien placé.e pour innover dans le monde du travail, à partir du moment où tu te l’autorises bien sûr…

Et c’est souvent là que le bas blesse ! Car les difficultés rencontrées professionnellement n’aident pas à la confiance et pour oser un minimum de confiance est nécessaire. D »ailleurs si tu veux créer construire un chemin professionnel qui ait du sens pour toi (en salarié ou indépendant), l’accompagnement Métamorphose est fait pour cela. Car nous avons besoin de plus en plus de personnes libérées des carcans et épanouies dans leur travail !

🔆 Et c’est pour toutes ces raisons que j’ai eu envie de créer un podcast sur ce sujet 🔆

Un podcast sur l’évolution du monde du travail, des manières de travailler et de vivre le travail.
Autant sur l’évolution de l’entreprise que sur celle de l’entreprenariat et les modes alternatifs.

Je t’en reparle dans peu de temps, il est en pleine création : le nom, la présentation et le visuel sont validés, nous travaillons sur le jingle et les premiers enregistrements. Mais je peux déjà te dire que chaque épisode portera sur un thème et sera sous forme d’interview.

Alors :

  • As-tu des sujets en particulier que tu aimerais que j’aborde ? (sur l’évolution du travail ou des manières de travailler).
  • Penses-tu à des experts, chercheurs, acteurs du monde du travail que tu aimerais que j’interviewe ? (experts RH, consultants, coachs professionnels, personnes dans la réinsertion professionnelle, sociologue, psychologue du travail, entrepreneurs ayant un mode de travail innovant, dirigeants avec une approche innovante du management et du fonctionnement de l’entreprise etc.).

Tu peux me répondre dans les commentaires sous l’article ou en m’envoyant un message sur la page contact

Si tu veux être averti.e de la sortie du podcast et des infos à son sujet en avant première (et que tu ne reçois pas déjà la lettre L’étincelle du Geckoo), indique-moi ton mail ici :

Partager l'article :
Article rédigé par Laure
Atypique, multipotentiel, tu es en transition professionnelle ? Je t'accompagne à trouver ta place avec sens, confiance et joie ✨

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dix-huit + douze =

CommentLuv badge